Un tiers des Français qui suivront l’Euro de football a l’intention de faire des partis sportifs : quelles bonnes pratiques pour que le jeu reste un plaisir ?

L’engouement croissant pour les paris sportifs s’est encore confirmé au 1er trimestre 2021 avec un record des mises (+ 79%) et une augmentation des parieurs sportifs (+29%). A l’approche de l’Euro de Football, l’ANJ a demandé à Harris Interactive d’interroger les Français sur leurs intentions de pratiques en la matière. Selon cette étude, un tiers des Français qui compte suivre l’Euro a l’intention de parier de l’argent pendant la compétition. C’est l’occasion pour l’ANJ de rappeler aux opérateurs de paris sportifs leurs obligations et de donner aux joueurs des conseils pour que le pari reste un plaisir.

Les paris sportifs en chiffres

Au 1er trimestre 2021, on comptait 2.5 millions de comptes joueurs actifs de paris sportifs. Les parieurs sont principalement des hommes (88%) de moins de 35 ans (70%). Le montant moyen des dépenses mensuelles (les mises moins les pertes) est de 45 euros. C’est le foot qui enregistre le plus de paris, suivi du tennis et du basket.

L’Euro 2016 avait généré en ligne 141 millions d’euros de mises. Etant donné les croissances enregistrées ces derniers mois sur le segment des paris sportifs, un montant des mises très supérieur à celui de 2016 est à prévoir.

Les Français et les paris pendant l’Euro de football

La moitié des Français déclare avoir l’intention de suivre l’Euro 2021 (48%), une proportion similaire à celle mesurée en amont de la dernière Coupe du Monde de 2018. Ce sont les hommes et les personnes âgées de moins de 50 ans qui manifestent particulièrement une intention de suivre la compétition, ce qui se rapproche du profil des amateurs de football en général.
Si près de la moitié des personnes qui comptent suivre l’Euro envisagent de parier amicalement avec leurs proches (49%), ils sont également un tiers à avoir l’intention de miser de l’argent sur les rencontres (31%). Ce sont les hommes de 25-49 ans qui ont le plus l’intention de parier. Ils envisagent de le faire sur des sites et applications de paris sportifs pour 63% d’entre eux et en point de vente pour 56%.
Les risques d’addiction et de dépendance associés aux paris sportifs sont identifiés par plus de 8 Français sur 10, et par une proportion similaire auprès de ceux qui comptent suivre ou parier de l’argent durant l’Euro. En revanche, ces derniers y voient davantage que les autres une façon de rendre les matchs plus excitants et, dans une moindre mesure, un moyen de gagner de l’argent.

Les actions de l’ANJ pendant l’Euro

A destination des opérateurs de paris sportifs

Avant l’Euro, l’ANJ a rappelé aux opérateurs la nécessité que leurs communications commerciales soulignent l’importance de conserver une pratique de jeu modérée et maitrisée et que les offres de bonus ou de bienvenue qu’ils proposent soient suffisamment claires afin que les joueurs comprennent les engagements qu’elles sous-tendent.

Pendant l’Euro, l’ANJ opérera une veille des différentes gratifications financières aux parieurs telles que les bonus de bienvenue ou de fidélisation. Elle sera très vigilante sur le suivi par les opérateurs du TRJ (taux de retour joueur) qui ne doit pas dépasser 85 % en paris sportifs. De façon générale, l’ANJ considère que la croissance du marché justifierait une limitation des gratifications financières.

L’ANJ instruira également les plaintes qu’elle pourrait recevoir de la part de joueurs signalant des manquements aux nouvelles obligations des opérateurs, notamment en matière d’identification des joueurs à risque ou pathologiques et de protection des mineurs.

A destination des joueurs

Pour que le pari sportif reste un plaisir et une pratique de jeu maitrisée, l’ANJ rappelle les bonnes pratiques au travers de différentes publications sur ses réseaux sociaux pendant toute la durée de la compétition. Un épisode spécial sur les paris sportifs de la nouvelle saison de FRERE ! de Jérémy Nadeau sera diffusé sur Youtube à partir du 15 juin. C’est l’occasion pour l’ANJ, partenaire de cette vidéo, de rappeler les bonnes pratiques du parieur sportif :

Se fixer des limites
Ne pas surestimer son expertise et sous-estimer le hasard
Etre très vigilant avec les conseils de pronostiqueurs et leurs promesses de gains garantis
Ne pas chercher à se refaire
Par ailleurs, l’ANJ portera une attention particulière aux sites de pronostiqueurs ou tipsters qui se sont récemment fortement développés. Certains de ces sites relèvent en effet de pratiques commerciales trompeuses et présentent un réel danger pour les joueurs. L’ANJ a signalé aux autorités administratives et judiciaires compétentes ces pratiques.

Lutte contre les manipulations sportives

Enfin, afin de lutter contre les risques de manipulations sportives, l’UEFA, le Groupe de Copenhague et le Conseil de l’Europe, avec Interpol et Europol, ont décidé de mettre en place un dispositif renforcé de surveillance des paris : l’Anti-Match-Fixing Assessment Group (AMFAG). Ce dispositif est coordonné par la plateforme néerlandaise et par l’ANJ, pour la plateforme française, forte de son expérience de surveillance pour l’Euro 2016 et la Coupe du Monde féminine en 2019.